Acide borique contre les cafards classé repro-toxique : la fausse bonne solution


L'acide borique cafard est employé par certaines personnes pour lutter contre les cafards. Bien qu'il soit efficace en présence de quelques cafards, nous ne développerons pas ici son utilisation pour des raisons de toxicité et d'écotoxicité méconnues à ce jour.

On voit de très nombreux sites qui recommandent l'utilisation de l'acide borique pour éradiquer les cafards.

Acide borique notre avis

ATTENTION, l'acide borique cafard est classé repro-toxique par l'UE.

Cancérogène, cancérigène, mutagène et repro-toxique (CMR) définit une catégorie de substances particulièrement dangereuses.

Les composés de l'acide borique cafard sont soit toxiques pour la reproduction, pouvant entrainer entre autres des possibilités de stérilité, soit cancérigènes, pouvant entrainer un cancer, soit mutagène, entraînant des mutations génétiques. Certaines substances chimiques peuvent présenter plusieurs de ces dangers en même temps.

Acide borique recette

Compte tenue de son caractère nocif et de sa très faible efficacité, nous ne communiquerons pas la recette.

 

En conclusion, il existe suffisamment de produits insecticides efficaces, plus puissant que l'acide borique, homologués pour éviter d'utiliser des produits "anti cafard"dont les effets sur l'homme et l'environnement sont méconnus. Et c'est le cas de l'acide borique cafard.

Trouver une société près de chez vous

Cafards : tout savoir sur ces drôles de bêtes

Dans le règne animal, il y a parfois des espèces qui répugnent les êtres humains. C'est le cas des blattes ou cafards qui font l'unanimité contre eux. Et par ces fortes chaleurs, ils prolifèrent. Le cafard, qui est-il, d'où vient il ?

Cafards ou blattes américaines, ces insectes provoquent généralement la panique ou le dégoût. D'une taille entre 4 à 5 cm, trois paires de pattes épineuses, un corps gras et des antennes disproportionnées, les blattes américaines n'ont pas toujours hanté les maisons calédoniennes.

Selon Hervé Jourdan, entomologiste à l'IRD (Institut de Recherche pour le Développement), leur arrivée date entre 1911 et 1940, soit avant l'arrivée des Américains en Nouvelle-Calédonie. "Il y a eu des expéditions entomologistes qui ont ramené des blattes".

Elles seraient originaires d'Afrique avant d'avoir été disséminées partout dans le monde. Ce sont dans les foyers que ces cafards se reproduisent. "Les oeufs sont pondus dans un petit réceptacle dans lequel il y a plusieurs compartiments dont chacun contient un oeuf". Au bout de neuf mois, ces larves deviennent des adultes.

Si l'homme les poursuit avec une savate, un balai ou les empoisonne, les blattes ont aussi deux ennemis naturels : les milles pattes et une petite guêpe introduite par les Américains lors de la seconde guerre mondiale. "Elles vont déposer leurs oeufs dans les oeufs de cafards. La petite larve va se développer au dépend de la larve des cafards", explique Christian Mille, entomologiste à l'IAC (Institut agronomique néo-calédonien).

Source : la1ere.francetvinfo.fr